logo man


Le projet se situe en périphérie immédiate du Sanctuaire de Tofala Hill situé dans la région de Lebialem au Sud-Ouest du Cameroun. Grâce à la présence d’une faune exceptionnelle, cette réserve a été reconnue officiellement par décret en septembre 2014. La zone d’intervention couvre près de 15 000 hectares. Les forêts qui persistent abritent une biodiversité végétale et animale dont la richesse est incontestable. Plusieurs espèces menacées sont présentes, dont l’un des primates les plus rares au monde : le Gorille de Cross River. C’est aussi le cas d’une sous-espèce de chimpanzé connu sous le nom du Chimpanzé du Nigeria. La diversité des habitats de la zone en fait aussi le refuge d’un nombre considérable d’espèces d’oiseaux, de reptiles, d’amphibiens et de papillons présentant un des taux d’endémicité les plus élevés de la région.

Le sanctuaire de Tofala est soumis à un risque d’appauvrissement de la faune et de la flore qu’il abrite en raison de la multiplication des activités illicites auxquelles il doit faire face : braconnage (viande de brousse), exploitation forestière illégale, déforestation systématique pour l’aménagement de nouvelles parcelles agricoles. Il reste donc extrêmement vulnérable en attendant la mise en oeuvre d’un plan d’aménagement. La zone d’intervention du projet est constituée par une succession de collines abruptes, séparées par des vallées relativement fertiles où s’est développée une agriculture familiale. La population locale est particulièrement pauvre et souffre d’un manque d’accès aux infrastructures de base. Introduite par les allemands au début du siècle dernier, la plantation extensive de palmier à huile fait partie des productions locales qui génèrent encore quelques revenus. Les paysans en extraient l’huile dans des conditions de rentabilité très défavorables : majorité de variétés peu productives, extraction manuelle, enclavement extrême et transports aléatoires réduisant l’accès aux marchés, nombreux intermédiaires.

Cameroun Palme

Le projet et les perspectives de changement

La mise en place depuis deux saisons de trois presses mécanisées permet aujourd’hui de produire une huile de qualité avec un bien meilleur rendement que les presses traditionnelles. Bien que les communautés locales se soient appropriées ces outils, un travail considérable reste encore à réaliser pour améliorer leur approvisionnement, les modalités de production, le conditionnement, le transport et la commercialisation de l’huile produite à un prix équitable. 

Le projet a pour objectif de renforcer les groupements de producteurs existants et de créer une entreprise sociale chargée de la commercialisation des produits. Il s’agit notamment de :

  • mieux organiser la collecte des noix de palme pour augmenter la rentabilité des presses ;
  • apporter un soutien technique lors des activités de pressage, de clarification et de rejet des effluents dans le milieu naturel ; 
  • équiper les groupements en matériels performants afin d’améliorer de façon significative les opérations de collecte, de conditionnement et de sortie des produits ;
  • appuyer les opérations de promotion des produits sur les marchés locaux et nationaux ;
  • créer une entreprise sociale chargée de la gestion des stocks, du contrôle qualité, de la commercialisation des produits et de leur éventuelle exportation.

En dernière année du projet, 30 tonnes d’huile de palme devront avoir été mises sur le marché. En parallèle, des débouchés à l’international auront été recherchés pour l’huile de palmiste issue du pressage des amandes contenues dans les noyaux des noix de palme.

Pour en savoir plus sur ce projet, et connaître ses principales réalisations en 2016, suivez ce lien.

Retour à la liste des projets soutenus

DON

Actualités

Népal - Juillet 2017

Népal - Juillet 2017

Publication d’un papier sur l’usage de cultures alternatives pour protéger les éléphants

Cameroun - Juin 2017

Cameroun - Juin 2017

Maisons du Monde en Congés Solidaires chez Tropical Forest and Rural Development (TF-RD)