logo man


Economie et Entreprises au service de la Biodiversité.

Les 18 forêts communautaires du mont Kilum Ijim couvrent une superficie de 20 000 hectares disposées autour d'un magnifique lac de cratères situé à 3011m d’altitude au Nord-Ouest du Cameroun. Elles abritent des espèces endémiques telles que le Touraco Doré et le Pririt du Bamenda deux oiseaux particulièrement menacés par la perte de leur habitat. La flore qui s'est développée dans cette zone d'altitude est particulièrement variée. Elle compte de nombreuses espèces comme que le Prunus africana et le Pittosporum veridiflorum dont les produits sont très prisés par l’industrie pharmaceutique. La combinaison des espèces médicinales et mellifères présentes permet la production d'un miel particulier, le miel blanc d'Oku. Plusieurs centaines de ruches traditionnelles sont présentes dans ces forêts et contribue ainsi a valoriser cette biodiversité exceptionnelle.

Le territoire qui entoure le Mont Kilim Ijum est l'un des plus densément peuplé du Cameroun : 300 000 personnes vivent à moins d'un jour de marche de ses forêts qui sont donc exposées à de nombreuses menaces telles que le développement extensif de l’agriculture et l’élevage, la déforestation et les feux de brousse qui mettent en péril le maintien des équilibres écologiques. Sur place, les communautés s'organisent : une première coopérative qui regroupe 1200 fermiers apiculteurs a été créée il y a quelques années. Les fermiers disposent leurs ruches en forêt et contribuent à sa protection car le miel et la cire produits constituent une part importante de leurs revenus. Depuis 2013, le miel blanc d’Oku dispose même d'une Indication Géographique Protégée (IGP). 

Cameroun Miel

Le projet et les perspectives de changement

Le projet a pour objectif d'appuyer les fermiers de 25 villages pour développer des filières économiques favorables à la conservation de la biodiversité. En organisant les apiculteurs et en les soutenant pour créer 4 nouvelles coopératives capables de produire du miel et de la cire de qualité, il est attendu que l'augmentation des revenus liés à la commercialisation de ces deux produits (aux niveau national, régional voire international) entraine une plus grande motivation des communautés à protéger les espaces de production. 

Parmi les activités qu'il est prévu d'engager, on citera :

  • la formation des apiculteurs des villages concernés à l'amélioration des techniques de production ;
  • la structuration des coopératives et l'apport d'un fonds de roulement initial ;
  • la fourniture de matériel de production ;
  • l'établissement d'une stratégie commerciale et la recherche de débouchés ;
  • l'élaboration de directives de bonne gestion des espaces de production ;
  • l'enrichissement de la forêt par la plantation d'espèces mellifères.

La création des coopératives et l'ouverture de deux points de vente (à Bamenda et Yaoundé) devrait permettre de produire et de mettre en marché 5 tonnes de miel. Concernant la cire, le but est d’améliorer la production ainsi que sa valorisation sur le marché national. Des ventes test sur le marché international de la cosmétique seront également réalisées en lien avec Man&Nature.

Pour en savoir plus sur ce projet, et connaître ses principales réalisations en 2015, suivez ce lien.

Retour à la liste des projets soutenus

Faire un don

Module Don

Actualités

Inde - Avril 2017

Inde - Avril 2017

Les petits agriculteurs de la Vallée de la Tansa ont besoin de vous !

France - Avril 2017

France - Avril 2017

Man & Nature recrute un/e coordinateur/trice de projets Senior !

Madagascar - Avril 2017

Madagascar - Avril 2017

La sauvegarde du grand lémur bambou : 53 naissances en 2016 !